INTRODUCTION

Le site officiel d'Annabella est né de la volonté de José Sourillan, ancien directeur du Service de Documentation de RTL, collectionneur de documents sonores et historien. Pendant 14 ans, il fut un ami très proche de la grande actrice.

Ce projet ayant reçu la bénédiction d'Anne Power-Werner, fille d'Annabella, il ne restait plus à l'équipe de L'Encinémathèque qu'à mettre en page et en ligne ce merveilleux livre de souvenirs.

Pourquoi ouvrir le site officiel d'Annabella en 2010 ? Ecoutons Anne Power-Werner s'exprimer à ce sujet …


PRESENTATION

Juillet 1945, Annabella est de retour à Hollywood. Démobilisé, Tyrone Power rentre aux Etat Unis quatre mois plus tard. A bord du Marvin Mc Intyre, il arrive à Portland le 21 novembre. Surprise ! Annabella est sur le quai pour l’accueillir, des amis bien placés à Washington ayant pu l'avertir. Après quatre années, le couple est enfin réuni. Les caméras d’actualités filment l’événement qui fera le tour du monde.

Mais, alors qu’elle joue «Huis Clos» à Broadway, la presse dévoile les infidélités de Tyrone, sa liaison avec Lana Turner. Le conte de fées qui avait passionné le monde n’a pas résisté à l’épreuve de la guerre et de la séparation. D’un commun accord le couple envisage le divorce.

Sitôt arrivée à Paris en mars 1947, Annabella est de retour devant les caméras pour plusieurs films que le public boude !

Après deux autres tentatives décevantes, à Madrid, Annabella se retire dans sa ferme de Contramundo à Saint Pée sur Nivelles, près de Saint Jean de Luz. C'est le début d'une nouvelle vie. Entourée de ses animaux favoris (l’ânesse Désirée et sa fille Brindamour, l’oie Tootsie, le chat Mistigri, plus tard ses chiennes Nora et Mundie), elle devient fermière.

Régulièrement, ses amis lui rendent visite : Jean Murat et sa fille Martine Thorez (qui avait épousé un fils de Maurice), Pierre Benoît, Marie Deams, Irving Shaw. Pierre-Jean de San Bartolomé, Martine Cosentino et bien d’autres. Tyrone et sa troisième femme Deborah vienne passer le premier week end d’octobre 1958. Hélas, épuisé par le tournage à Madrid du film «Salomon et la Reine de Saba», Tyrone est terrassé par une crise cardiaque, le 15 novembre 1958. Il avait 45 ans. Annabella est anéantie. Malgré le divorce, ils étaient restés très proches (il l’avait demandée à nouveau en mariage en 1955).

Régulièrement, Annabella revient à Hollywood. Le 10 avril 1964, le milliardaire Watson Webb Jr, un ami de longue date, ancien directeur des services de montage de la Fox, organise en son honneur une éblouissante réception. Les grands de Hollywood viennent pour embrasser, bavarder, féliciter Annabella : accompagnés de leur conjoint on y rencontre Dana Andrews, Fred Astaire, Charles Boyer, Rory Calhoun, MacDonald Carey, Joan Crawford , Glenn Ford, David Janssen, Louis Jourdan, Howard Keel, Walter Lang, Fred Mac Murray, Ricardo Montalban, Ray Milland, David Niven, Cesar Romero, Ann Sothern, Robert Stack, James Steward, Peter Ustinov, Robert Wagner, Richard Wildmark …

Chaque année Annabella est l’invitée du producteur David Guest pour les American Cinema Awards : l’occasion d’y rencontrer ses amis, Jean Pierre Aumont et son adorable épouse Marisa Pavan, Don Ameche, Turhan Bey,César Romero, Lauren Bacall, June Allyson et bien d’autres de l’âge d’or de Hollywood. A Londres le 21 décembre 1995, au Gala de The Night of 200 Stars, également organisée par David Guest, elle bavarde longuement avec Ginger Rogers et Farley Granger, se fait de nouveaux amis : Betty Garret, Anne Françis, Troy Donahue, Joan Leslie, Jan Sterling. Ce sera sa dernière apparition en public.

Annabella disparaît le 18 septembre 1996. Sur sa porte, à Neuilly, on pouvait encore lire Annabella Power. Elle avait tenu à conserver le nom du grand amour de sa vie.

Jusqu’au dernier jour, elle avait gardé cette allure volontaire et enjouée qui avait fait d’elle, pendant 10 ans, l’égérie du cinéma français. Abel Gance avait remarqué sa beauté classique ; il lui donna un nom. René Clair fit d’elle une star internationale. A Hollywood, elle imposa sa fraîcheur et son élégance bien françaises.

Son succès ? Elle ne le prit jamais vraiment au sérieux et pourtant plusieurs de ses films sont des joyaux du 7ème art. Mais ses rôles préférés, ceux dont elle était la plus fière, elle les interpréta dans l’Italie en guerre, distrayant les soldats, réconfortant les blessés et, par la suite, comme visiteuse de prison.

A ses yeux, consacrer sa vie aux autres fut son seul titre de gloire.

Jose Sourillan

PLAN DU SITE

Tous les chapitres de ce site sont accessibles à partir du bandeau supérieur :

Le site officiel d'Annabella est disponible en versions anglaise et française.


REMERCIEMENTS

Item non encore implémenté


Sur une idée et des documents choisis par Anne Power et José Sourillan, une création de L'Encinémathèque